preloadingpreloadingpreloading

Confession de foi

La Bible

Nous croyons que les 66 livres des Saintes Écritures sont divinement inspirés, qu’ils sont l’infaillible Parole de Dieu. Ils sont l’autorité finale pour la foi et la vie de chaque jour. La Bible, dans les textes originaux, est entièrement digne de foi et infaillible dans tout ce qu’elle affirme. Nous croyons à la divine inspiration et à l’autorité souveraine des Saintes Écritures, exempte d’erreur dans sa rédaction originale (2 Tim 3 :15-17 ; 2 Pi 1:20-21). Par contre, nous rejetons tout livre ou écrit humain, apocryphe ou pseudépigraphe de l'église catholique de Rome ou de quelconque religion qui se placerait en autorité égale avec la Bible.

Le Seigneur a cité des versets de l’Ancien Testament, mais Il n’a jamais attribué la moindre possibilité d’une erreur de la part des écrivains. Son usage des écritures démontrait bien qu’Il les considérait comme faisant autorité d’une manière absolue (voir Matt 4 :4, 7, 10 ; Luc 4 :21 ; Matt. 5 :18 ; Matt. 21 :16 ; Jean 17:12; Matt. 26 :31, 54). Dans Matt. 5 :17 il déclare : « Ne pensez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes: je ne suis pas venu pour abolir, mais pour accomplir ».

Création

Nous croyons que Dieu a créé toute chose à partir de rien, c'est-à-dire d'aucune matière que ce soit et qu'il l’a fait à partir de sa parole (Hébreux 11 :3). Donc, nous rejetons avec force l'idée de l'évolutionnisme et du Bing Bang. De plus, nous croyons que tout a été créé en 6 jours de 24 heures et que la terre a une existence inférieure à 7000 ans. Par définition, nous sommes des créationnistes. De plus, nous rejetons l'idée que l'homme aurait été créé par autre chose que la matière du sol (Genèse 1 et 2).

Trinité

Nous croyons qu’il n’y a qu’un seul Dieu existant éternellement en trois personnes : Dieu le Père, Dieu le Fils et Dieu le Saint-Esprit. (Genèse 1 :26 - Genèse 3 :22 - Genèse 11 : 5 à 9 - Genèse 18 : 1 à 22 - Es 48 :12,16,17 - Os 1 :6-7 - Za 3 :2 - 2 Tim 1 :18 - Matt 3 :16-17 - Jn 14 :16 - Matt 28 :19 - 1 Cor 12 : 6)

Dieu

Nous croyons qu’il n’y a qu’un seul Dieu, créateur de tout ce qu'il y a dans l'univers et même au-delà (Gen1 :1 - Job 38,39,40,41 et 42 : 1 à 6).

Son essence (ce que Dieu est, de par sa nature)

Omniprésence : Psaumes 139 : 5 à 12 - Jér 23 : 24 - Omniscience : Job 28 : 20 à 24 - Job 34 : 20 à 23 - Ps 33 : 13 à 15 - Ps 139 : 1 à 4 - Ps 147 : 4-5 - Lam 3 : 34 à 37- Matt. 6 :1 à 18 - Matt 10 : 28 à 30 - Omnipotence : Job 42 : 1 à 6 - Psaumes 115 : 3 - Matt. 19 : 26 - Immuable : Ps 102 :25 à 28 - Mal 3 :6 - Jac 1 :17 - Souverain : Ps 115 :3 - Ésaïe 46 :9 à 11 - Dan 4 :34,35 - 1 Chron 29 :10 à 16 - Saint : Lév 11 :44 - Ps 22 :4 - Ésaïe 6 :1 à 5 - Ésaïe 40 :25 - Perfection : Psaumes 119 :96 - Matt 5 :48

Jésus Christ

Nous croyons en Jésus-Christ, à sa parfaite divinité et sa préexistence éternelle, à sa naissance d’une vierge, qu’il a été conçu du Saint-Esprit, à sa complète humanité, en son impeccabilité, c'est-à-dire qu'il n'a jamais commis aucun péché sur terre et qu'il était parfait en paroles, en pensées et en gestes. De plus, nous croyons à sa mort expiatoire à notre place, à sa résurrection et à son ascension corporelle, à son prochain retour personnel, visible et glorieux (Jean 1 :1, Jean 8 :46 ; Colossiens 1:15-19 ; Colossiens 2:9 ; Matthieu 1:18-25 ; 1 Timothée 2:5 ; Romains 5:8 ; 1Corinthiens 15:1-7 ; 1 Thessaloniciens 4:13-18).

Le Saint Esprit

Nous croyons qu'il est Dieu (Job 33 : 4 - Actes 5 :1 à 4 - Actes 16 :6-7 - Actes 20:28 - Rom 8 :9 et 11)

Nous croyons qu'il est une personne et non une puissance qui sort de Dieu

1 Cor. 2 :10-11 (il sonde et connaît) - Rom 8 : 26 (il intercède pour nous) - Rom 8 :27 (Dieu connait sa pensée) – Éph. 4 :30 (il peut être attristé) - Actes 5 :3 (on peut lui mentir) - Actes 8 : 29 et 13 : 2 (il parle et commande) - Actes 16 : 6-7 (il empêche) - Jean 14 :26 (il enseigne) - Jean 15 : 26 (il rend témoignage de Jésus) - Jean 16 :13 (il nous conduit) - Jean 16 : 8 (il convainc le monde) - Matt 12 : 31-32 (il peut être blasphémé et on peut parler contre lui) - Éph 1 : 13 (il nous scelle) - 1 Thess 5 : 19 (il peut être éteint) - Gal 5 : 16 (on peut marcher par lui) - De plus, nous croyons à sa réception au moment de la conversion à Dieu, à son habitation en tous ceux qui croient en Jésus-Christ, à son action dans l’Eglise. (Jean 16 :13-15 ; Romains 8:9 ; 1 Corinthiens 12:13)
Le salut

Nous croyons que le salut est par grâce : c’est le processus complet par lequel Dieu justifie, régénère, sanctifie et glorifie tout pécheur qui se confie en lui sur la seule base de l’oeuvre rédemptrice de Jésus-Christ. Par la justification et l’adoption, nous sommes faits sujets du maître et enfants du Père.

La régénération s’opère par le Saint-Esprit : il nous amène à une vive conscience de notre péché, à une repentance véritable et à une conversion à Dieu en Jésus-Christ comme Sauveur ; il transforme notre coeur afin de le soumettre à Jésus-Christ comme Seigneur. (Jn 3 : 3-8 ; 16 : 8-11 ; 1 Cor 6 :11 ; 2 Cor 5 :17 ; Eph 2 : 5-7 ; 5 :18 ; Col 3 : 9-10 ; 2 Pi 3 :18). La justification par laquelle Dieu déclare le pécheur juste, ne se produit pas par les oeuvres, mais par la grâce, au moyen de la foi en Jésus-Christ notre Seigneur. (Jn 3 :16 ; Rom 5 : 1,8-9,19 ; 8 : 14, 30 ; 2 Cor 7 :1 ; Eph 1 : 3-14 ; 2 : 8-10 ; Hé 12 : 14 ; 1 Pi 1 : 9).

De plus, nous croyons que le salut ne peut se perdre sous aucune condition.
(Jn 6 : 39,40 - Jn 10 : 28-29 - Jn 17 : 24 - Rom 8 : 1 et 28 à 39 - Éph 1 : 13-14 - Éph 2 : 8 - 1 Pi 1 : 3 à 5 - 2 Tim 1 : 12 - 2 Tim 2 : 13).

L'église

​Nous croyons que l’unité de tous les croyants est dans le Saint-Esprit et qu’ensemble, ils ​forment le corps du Christ, qui est l’Église.

L’Église doit être entièrement soumise à l’autorité de Jésus-Christ, son Seigneur. Elle est une théocratie avec des décisions à prendre à différents niveaux. C’est donc la responsabilité de l’ensemble des membres, soumis au Saint-Esprit, de chercher à discerner la volonté du Seigneur pour sa direction. On cherchera à obtenir le consensus, autant que possible.

Tous dans l’église sont appelés à se soumettre les uns aux autres dans la crainte du Christ. Les membres de l’église sont appelés à faire montre d’affection, de respect et de déférence envers le pasteur et les anciens, à les honorer et protéger leur réputation.

L’Église adore son Seigneur, se met constamment à l’écoute de la Parole de Dieu, accepte la responsabilité impérative de partager le message du salut avec le monde entier et met en valeur les dons de tous ses membres pour l’avantage de tous. À ces fins, les membres sont assidus au culte et aux autres réunions de la communauté, s’exhortent et s’encouragent mutuellement et donnent généreusement pour soutenir la mission de l’Église dans son ensemble.

(Mt 25 : 35 : 40 ; Jn 4 : 14 ; Ac 7 : 8 ; Ro 12 : 6-8 ; 1 Cor 16 : 2 ; 2 Cor 8 : 5 ; Col 3:17-18 ; 1 Th 5 : 11 ; Hé 3 :13 ; Ja 1 : 27 ; 1 Pi 4 :10 ; 10 : 25 ; Jude 23).

Baptême et repas du Seigneur

Nous croyons que le baptême par immersion et la Sainte Cène sont les deux ordonnances (ou symboles) devant être observées par l’Église en obéissance au commandement de notre Seigneur.

Le baptême et la Sainte Cène célébrée sous les espèces du pain et du « fruit de la vigne », sont ordonnés par le Christ à l’intention de son Église et proclament sa mort et sa résurrection. Ces deux ordonnances (ou symboles) doivent être observées par l’Église. Nous croyons « significatif » l’ordre biblique : conversion, baptême, cène.

(Mt 3 : 13-17 ; 26 : 28-29 ; 28 : 18-20 ; Jn 6 : 48-63 ; Ac 2 : 38-42 ; Ro 6 : 1-11 ; 1 Co 11 : 12-19 ; 12 : 12-13 ; Ga 3 : 27-28 ; Col 2 : 12-13)

La foi en Jésus-Christ conduit au baptême, c’est-à-dire à l’immersion du croyant dans l’eau. À la suite du baptême, l’église reçoit le croyant baptisé au repas du Seigneur. Le croyant obéit ainsi au commandement du Christ et témoigne publiquement de son identification avec Christ en sa mort, son ensevelissement et sa résurrection. Ainsi, il indique sa rupture avec le passé et son entrée dans un ordre nouveau créé par le Christ. (Mc 16 : 16 ; Ac 22 : 38-47 ; 22 : 16).

La Sainte Cène, le repas du Seigneur ou la communion . . . autant d’expressions pour désigner la commémoration par laquelle le croyant participe au pain et au « fruit de la vigne », lesquels sont le signe de la mort expiatoire de Jésus-Christ. À ce repas, les croyants annoncent la mort du Seigneur jusqu’à ce qu’il vienne. « Chacun doit s’examiner lui-même et ainsi prendre part au repas du Seigneur. » (1 Cor 11 : 16, 28 ; 10 : 16-17)

Résurrection des morts

Nous croyons qu’il y aura une résurrection corporelle des justes et des injustes : pour les uns, une résurrection pour la vie éternelle, pour les autres, une résurrection pour la condamnation éternelle. Le Nouveau Testament souligne fortement la résurrection et cela parce que le Christ est ressuscité.
​(Jn 5 : 29 ; Ac 24 : 15 ; Ro 8 :11 ; 1 Cor 15 : 53 ; 2 Co 5 : 8 ; Phil 1 : 21, 23 ; Hé 9 : 27 ; Ap 20 : 12 ; 14.13)